Bivouac et camping sauvage en Norvège : quelles sont les règles ?

wildcampNorway

Vous souhaitez visiter la Norvège mais votre budget ne vous permet pas de dormir à l’hôtel tous les soirs ? Vous souhaitez découvrir ce magnifique pays autrement, en dehors des circuits touristiques ? Ou vous avez envie tout simplement d’aventure ou soif de liberté et de grands espaces ? Alors sans doute que cet article est fait pour vous.

En effet, le coût de la vie en Norvège est bien plus élevé qu’en France, et le choix du logement est souvent un critère important dans le budget du voyage. Alors si le camping ne vous fait pas peur, sachez que le bivouac et le camping sauvage en Norvège est presque un sport national.

En effet, au cours de mes voyages il n’a jamais été aussi facile de planter ma toile de tente en pleine nature : les règles dans ce pays sont simples, à condition bien sûr de respecter quelques principes de base.

Une conception de la nature bien nordique

Que ce soit en Norvège, en Finlande ou en Suède, le droit de quiconque de profiter de la nature et de ses richesses (appelée « Allemannsretten » en Norvégien) reste bien une spécificité des pays nordiques. Et bien que ce droit et cette conception remontent à d’anciennes lois et coutumes médiévales, et du fait que les peuples nordiques ont toujours été très proches de leur nature, que celle-ci est omniprésente avec des espaces vierges et souvent très peu peuplés voire inoccupés, ce n’est qu’à partir de 1957 que ces droits ancestraux en été transcrits en Norvège dans un texte de loi unique nommé « Friluftsloven ».

Les règles sont simples, toute personne a le droit de planter sa tente n’importe où que ce soit en montagne, en forêt ou dans la campagne, à condition de rester à plus de 150 mètres de toute habitation. Et contrairement à une grande majorité des autres pays européens, cela est même possible dans les parcs nationaux.

On distingue alors deux types de territoire en Norvège, pour lesquels cette loi s’applique différemment. Le premier constitue l’Innmark (c’est à dire un pâturage ou un terrain cultivé), dans lequel l’installation de votre campement ne peut se faire qu’avec le consentement du propriétaire du terrain, et à l’unique condition de ne pas l’importuner. Le second est le « Utmark« , que la loi définit comme un terrain non cultivé et non considéré comme Innmark, et dans lequel vous êtes entièrement libre de poser votre campement où et comment bon vous semble, à la seule condition de ne pas détériorer la nature, de ne pas abattre des arbres et de ne pas déranger les animaux et la faune qui y vivent.

Des règles de base à respecter

Il me semble que les règles qui suivent devraient être évidentes pour tout un chacun, mais il est important quand même de les rappeler. Elles sont valables en Norvège, et tout aussi bien dans n’importe quel endroit où le camping sauvage est autorisé ou du moins toléré :

  • Vous devez repartir en laissant le lieu de votre campement tel que vous l’avez trouvé en arrivant. Ce qui impose de ramasser tous les détritus que vous auriez pu laisser tomber et occasionner durant votre installation. En ce qui me concerne, c’est un point que je ne prends vraiment pas à la légère quitte même à revérifier deux fois le même endroit avant de définitivement quitter les lieux.
  • Si vous avez eu la joie de faire un feu de camp, vous avez certainement ramassé du bois mort (et non bien sur cassé ou coupé des espèces vivantes), fait un cercle de pierres pour protéger votre foyer du vent, et constitué un petit tas de réserve de bois pour la soirée. Au moment de quitter votre campement, pensez à bien éteindre les cendres restantes (pour éviter ainsi tout incendie), à éparpiller les pierres de votre foyer, puis à disperser le reste de votre réserve de bois non utilisée.
  • Enfin, qui dit camping sauvage, dit aussi petits et gros besoins dans la nature. Sur ce point, chacun est bien entendu libre de faire comme il l’entend. Par contre, essayez dans la mesure du possible de ne pas laisser vos éventuels papiers et mouchoirs usagés à même le sol et de les placer dans un sac poubelle, la nature vous en remerciera, et les prochains campeurs ou promeneurs aussi par la même occasion…

Quelles sont les règles supplémentaires à connaitre ?

En plus de celles-ci citées plus haut, voici quelques mesures supplémentaires à connaître  :

  • Si vous décidez de rester plus d’une nuit au même endroit, alors vous devez demander l’autorisation au propriétaire du terrain.
  • Vous n’êtes pas autorisé à faire de feu à proximité d’une forêt ou d’un espace boisé entre le 15 Avril et le 15 Septembre.
  • Vous pouvez ramasser des champignons, des baies sauvages, des fleurs etc…, à l’exception des espèces sauvages protégées.
  • Vous pouvez pêcher du poisson en bord de mer sans permis de pêche particulier, à condition que ce soit pour votre propre consommation.
  • Si vous souhaitez pêcher en lac ou en rivière, je vous renvoie à mon article sur la Pêche à la mouche en Norvège.
  • Vous pouvez vous baigner comme bon vous semble à condition d’être à plus de 150 mètres d’une habitation.

Et voilà c’est tout ! C’est en tout cas le minimum à savoir pour pouvoir pratiquer le camping sauvage et le bivouac en Norvège en toute tranquillité !

Croyez moi, la Norvège est magnifique, et découvrir ce pays de cette façon est une expérience inoubliable.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter mon article sur le coût de la vie en Norvège .